Partager sur facebook partager sur myspace partager sur myspace

fleche Présentée par Alex Dutilh sur France Musique

Il n'en a pas inventé le concept, mais c'est John Zorn qui est la figure centrale de ce mouvement artistique né et développé à New York depuis 1994. Parce que le saxophoniste-compositeur-producteur-agitateur a délibérément créé un cadre mis à la disposition de toute une génération de musiciens.

Ça se passe à New York parce que la communauté juive qui s'y est installée depuis un siècle exactement - en provenance d'Europe centrale pour l'essentiel - a longtemps été embarrassée par un " conservatisme culturel " paradoxal au coeur la ville melting-pot par excellence. Il a fallu attendre plusieurs générations pour que des musiciens-créateurs osent s'inspirer de leur patrimoine pour prendre la distance adéquate et jouer avec, sans craindre les reproches de trahison.

La musique klezmer, illustrée par les clarinettistes Naftule Brandwein (contemporain de Sidney Bechet) et Dave Tarras, a pu sembler figé depuis les années 1930 en regard de l'évolution parallèle et sérieusement accélérée du jazz. Jusqu'à ce que les Klezmatics donnent le signal d'une approche moderne du répertoire au milieu des années 80.

C'est ensuite, au milieu des années 90, qu'à la Knitting Factory d'abord, au Tonic ensuite, deux clubs nés dans le Lower East Side de Manhattan, John Zorn, David Krakauer, Anthony Coleman, Steven Bernstein, Frank London, Roy Nathanson, Marc Ribot et consorts ont imaginé un futur à leurs racines nourri de l'attitude du jazz : composer et improviser à partir d'une culture identitaire.
Ils se sont si bien pris au jeu qu'aujourd'hui la collection " Radical Jewish Culture " du label Tzadik de John Zorn a dépassé les 150 propositions (sans compter les réalisations signées du groupe Masada ou de ses brillants avatars) ! Comme un label de jazz, avec ses courants dominants, ses personnalités et une joyeuse diversité de formulations.

À l'occasion de l'exposition " Radical Jewish Culture, scène musicale, New York " présentée par le Musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris (du 9 avril au 18 juillet 2010), Alex Dutilh a bâti une " nuit festive " à partir d'une rencontre avec John Zorn chez lui début mars. 6 heures non stop pour faire entendre la créativité d'une scène explosive... et désormais planétaire. La nuit se clôturera avec la retransmission du concert d'Anthony Coleman à Banlieues Bleues le 14 avril.
Autour de l'exposition

Journée Radical Jewish Culture Nuit spéciale France Musique

Nuit du 24-25 avril 2010 de 1 h à 7 h du matin
Émission Radio

Alex Dutilh de France Musique

Alex Dutilh
© France Musique