Partager sur facebook partager sur myspace partager sur myspace
Au début des années 1990, à New York et en Europe de l’Est, des festivals de musique se montent sous une bannière détonante : Radical New Jewish Culture (nouvelle culture juive radicale).
Les artistes qui participent à ces manifestations s’inspirent autant de l’improvisation venue du jazz que de l’énergie brute puisée dans le blues, le rock, le punk ou les musiques traditionnelles.
Le caractère inédit de leur message n’échappe pourtant à personne : ces artistes veulent désormais être entendus comme juifs. Le turbulent compositeur et saxophoniste new-yorkais John Zorn est à l’initiative de ces festivals, organisés à l’issue de débats passionnés avec les acteurs clés de cette scène : Marc Ribot, Anthony Coleman, Frank London et de nombreux autres. Ces musiciens se rattachent de près ou de loin à la scène downtown. Ce terme désigne, depuis les années 1960, la bohème artistique qui expérimente, dans les clubs du sud de Manhattan, de nouvelles formes marquées par un profond éclectisme, en marge des musiques commerciales comme de la musique académique.
La Radical Jewish Culture relève d’un judaïsme perçu comme lieu de questionnement. Ses protagonistes s’affirment comme les héritiers des juifs américains engagés dans les luttes sociales, politiques, et les mouvements intellectuels et esthétiques du XXe siècle.
En quelques années, ces musiciens inaugurent un répertoire qui témoigne d’un jaillissement créatif unique. À travers l’expérience sensible de la musique, ils repensent et réinventent leur rapport à la tradition dont ils sont issus.

Vidéo

fleche Voir l'interview des musiciens
Exposition

Klezmer NY
Klezmer NY
Radical Jews
Radical Jews
Klezmer NY
Munich Art Projekt
Traces
Traces
Invocations
Invocations
Kristallnacht
Kristallnacht
Masada
Masada