Partager sur facebook partager sur myspace partager sur myspace
Dans le sillage du Festival for Radical Jewish Culture de Munich en 1992, JJohn Zorn conçoit des festivals de Radical New Jewish Music dans divers clubs new-yorkais, notamment la Knitting Factory fondée par Michael Dorf en 1987 et située en plein cœur du Lower East Side.
Ces manifestations sont l’occasion de débats collectifs sur le sens et la forme à donner à la communauté des musiciens juifs new-yorkais, ainsi qu’à leur engagement musical. Elles prennent souvent place au moment de la Pâque juive (Pessah), une fête occupée, le premier soir, par la lecture du texte relatant la sortie des Hébreux d’Égypte, qui enjoint notamment tout juif à s’interroger sur le sens d’une liberté toujours présentée comme précaire et à reconquérir.

Ces musiciens, majoritairement laïcs, déplacent le rituel de Pessah et en font un moment de revendication d’une identité politique et culturelle.
Marqués par les mouvements d’affirmation des minorités culturelles, sexuelles et politiques dans l’Amérique des années 1970, Frank London et les Klezmatics, le groupe G-d Is My Co-Pilot de Sharon Topper, Marc Ribot, Elliott Sharp participent à des performances qui transgressent les codes culturels communément admis.
Ils s’investissent également dans des luttes locales, contre la destruction de synagogues du Lower East Side, ou internationales, contre la guerre en ex-Yougoslavie ou au Proche-Orient, au nom d’un idéal de justice sociale librement inspiré du concept messianique de réparation du monde (tiqqoun olam), auquel se réfèrent certains courants mystiques juifs, ainsi que les mouvements modernistes juifs américains.
Exposition

Radical Jews Radical Jews

Veuillez mettre à jour votre player Flash et activer Javascript GD is my co pilot